# 25
Beaujour ou beausoir.
(épongez le temps imparfait du moment de lecture)

Ce courrier électronique n'est que le telex bimensuel de l'association beadoa (Bien Engagés Autour Des Oreilles Associés) et non un SPAM disgracieux et encombrant.

Entre les dégats physiques provoqués par le cumul de nuits sonores* et d'un peu (beaucoup) de chasse-à-cul pour Baptiste Jacquet et les virées en vélo à revisiter la ville en permanence pour Anne LS, c'est presque un mois qui sépare cette nouvelle transmission d'informations importantes de la dernière netexpress. Nous ne nous ressaisirons pas car nous préparons déjà nos valises pour partir à sonar* et ne pensons qu'à la trève estivale afin de ne rien glander ou un peu réfléchir au remodelage de rentrée pour beadoa. Un truc sûr pour l'avenir ? On enlève les "asterix" derrière les name-dropping. Trop chiant à mettre en page.

Avant ce futur, faisons glisser nos souris et à la prochaine.

beadoa Média Central Services au 25 mai 2005 we do the work - you do the pleasure

 
D'accord, nous avions annoncé une nouvelle manifestation éclaire (et presque inutile) pour le milieu du joli mois de mai. Évidemment, certains piétinent d'impatience (on les comprend) et envoient des mails de désespoir. Avec toutes nos excuses pour le retard à l'allumage, nous avons bloqué une date pour la prochaine flashmob : elle aura lieu avant le 5 juin prochain. Promis. Juré. Les retardataires peuvent encore s'inscire et rejoindre ainsi les 527 postulants potentiels à la déconne (pour "seulement" une cinquantaine sur le terrain. Que font les autres ?)

participer au prochain flashmob

flashmob

le mollusque *
jusqu'au samedi 03 juillet 2005
     

michel blazy * présente un nouveau travail qui se déroule et évolue avec le temps. Une lente et aléatoire desquamation révèle, chaque jour, une nouvelle forme de son oeuvre. Ainsi, l'artiste nous place observateurs d'organismes en douce et inéductable évolution.

freda shumann * provoque. Elle est en recherche du rapport accidentel. Elle travaille sur le dérapage né de l'hésitation ou de la négligence.

Une rencontre artistique de deux expressionnistes différents partageant la même confiance pour l'humain.

Anne LS

 
la BF15 *
5 place des terreaux
lyon 69001
metro * hôtel de ville
react-line * 04 78 28 66 63
entrée * gratis
 
les intranquilles *
jusqu'au vendredi 17 juin 2005
 

Pas drôle. Alors que les programmateurs de ce nouveau rendez-vous arty sont également responsables des week-ends* offerts aux subsistances*, l'emballage visuel (de com') crée pour cette nouvelle aventure des intranquilles* se montre jumeau de celui crée pour ce même "laboratoire de la création". D'accord, les motivations sont noblement identiques : surprendre, émouvoir ou déstabiliser. Mais bon, tout ça, sur le papier avec ces flèches connes et bichromie sèches, reflète froideur et tristesse alors que les spectacles ou rencontres proposées auraient mérité largement plus de chaleur dans les fascicules promotionnels. On pourra se pencher sur les méthodes de communication un peu plus tard car la série de créations à venir forcent plus l'attention et les déplacements qu'un triste dépliant.

alexandre roccoli ersatz* nous attire par une proposition de danse proche de la mise sous microscope de la gestuelle du clubber en transe sur de la musique techno. À partir de son observation dans les clubs electro berlinois des "chorégraphies" inventés par les danseurs, il pose la question de l'invention, du mimétisme et de l'abandon corporel dans le rythme. Cette expérience extra-vivo sera accompagnée par un live des sex in dallas*, signataire du qualitatif label allemand kitty-yo*, le mercredi 1er juin à la villa gillet* pour 20h30. (Représentations jusqu'au dimanche 5 juin)

Middle on nowhere sera une bizarrerie vidéo installée aux subsistances* les jeudi 2 et vendredi 3 juin de 15h à 22h30. Le plasticien laurent mulot* déplace sa découverte de villes fantômes, où seuls quelques habitants meublent un environnement désertique, dans l'échafaudage, via internet et images irréelles, de centres d'arts contemporains virtuels et presque vides. Normal puisqu'inexistants ou, pardon, existants sans exister. Vous suivez ? Non ? pré-mise en situation sur le http://www.mofn.org

L'autrichien philipp gehmacher* dirige, avec sa pièce Incubator, quatre danseurs vers le "dedans-dehors" : Comment le corps expulse ses émotions du moment ? Comment il absorbe l'extérieur, le mélange à son système de penser avant de le propulser hors de lui ? Pour aboutir à ses fins expérimentales et singulières, le chorégraphe use de musiques, dialogues de films et de tous stimuli générateurs d'émotions. (Représentations du jeudi 2 au samedi 4 juin pour 20h30 aux subsistances*)

Un série de lectures parcellisera le festival dont l'excellent comédien jean-philippe salério* et le talentueux metteur en scène olivier rey* pour Le garde-manger du diable de jim crace* (vendredi 3 et samedi 4 aux subsistances*) ou le couple sulfureux (et si humain) formé par les médiatiques catherine millet* et jacques henric* en page sur Comme si notre amour était une ordure au bar du cassoulet, whisky, ping-pong* (le mercredi 8 juin à 20h)

Baptiste Jacquet

 
subsistances *
8 bis quai saint-vincent
lyon 69001
réact-line* 04 78 39 10 02

villa gillet *
25 rue chazière
lyon 69004
react-line* 04 78 27 02 48

les intranquilles

 
let's celebrate *
jusqu'au samedi 26 juin 2005

"Des neurones dans le champs de l'art, des ondes sonores en aquatinte, un homme aux prises avec l'antimatière"

Douze artistes et scientifiques mettent en commun leur vision du monde, réagissent et interfèrent sur le travail des autres.

Art et science réunis pour un regard croisé d'une intelligence et d'une poésie indéniable.

les artistes * : Philippe Deléglise, Foofwa d'Imobilité, Pierre-Philippe Freymond, Le Gentil Garçon, Vincent Kohler, Gianni Motti, Nika Spalinger.

Anne LS

villa bernasconi *
8 route du grand lancy
Suisse
 

lancy

 
gezichtwerpen *
jusqu'au mercredi 31 août 2005

Une visite dans le septième arrondissement et vous vous retrouvez en plein coeur de Bruxelles, une bière à la main et une barquette de frites en partage. La façade d'aluminium, revisitée par laurent pernel *, nous laisse dans l'impossibilité de retrouver ce qui a pu préexister. L'architecture comme un bon de voyage.

Un conseil : ne vous pendez pas au balcon, il est aussi chimérique que le reste.

Anne LS

 
galerie roger tator *
36 rue d'anvers
lyon 69007
metro * guillotière
react-line * 04 78 58 83 12
entrée * gratis

roger tator

 
album de la quinzaine *
luke vibert

Ce producteur est un obsessionnel. Après avoir joué à fond de la TB303 sur son précédent album YosepH sorti chez warp*, il revient déclarer son amour pour les sons acid dans une longue lettre musicale griffonnée de jazz, funk et hip-hop. Ses distortions sur le célèbre et vieux clavier Roland se font douces et compléments parfaits aux compositions.

Baptiste Jacquet


funky acid stuff
homewerk
prick tat
luke vibert *
lover's acid
planet mu
*** sélection musicale rippée sur www.juno.co.uk
brant *
delete distance (hakan lidbo version)
scheinselbstandig germany
derrick l carter vs freaks *
legacy (blucu ode)
wash house
roman flugel *
geht's noch (steve angello remix)
superstar germany
new order feat ana matronic *
jetstream (richard x remix)
london
rythm king and her friends *
i am disco (mia remix)
kitty yo germany
jackson *
radia ca ca
basement jaxx *
u don't know me (solid groove remix)
XL
sonar special - première partie
du jeudi 16 juin au samedi 18 juin 2005
 

 

Comme le worldwild festival de musiques électroniques joue dans la démesure polyphonique mixée à des rencontres artistiques d'avant-garde et des instants où le merveilleux fricote avec l'excessif du way of life catalan (genre "on va trop loin, là"), deux focus spéciaux sont dédiés à ce grand pèlerinage annuel pour fanatique du miel collant aux oreilles. Pour cette première transmission, une sélection partiale de ceux qui mettront à terre la foule de danseurs : Du sexy. Du vénérable. De la rage. Du bizarre au sommet de l'art électro.

Et tant mieux, si nous ne sommes plus qu'une foule de music lovers sans tête à fourmiller dans le gigantisme de ce onzième sonar*

Baptiste Jacquet

 
 
* le tigre

En conviant le tigre* a monter sur la scène de Montjuic, les programmateurs du festival prouvent, une fois de plus, qu'ils savent manier trois ingrédients majeurs pour attirer le pèlerin : du déviant qui lorgne sur l'esprit camps (traduction pour les ignorants, l'esprit pédé), des étincelles bien en vogue et de la musique chargée visuellement (si possible dans la provocation sophistiquée).

Ainsi, par le passé, nous avons chanté en coeur West End Girl avec pet shop boys* ou maté le stylé capillaire version mireille mathieu* de björk*. Certains râleurs s'insurgent et prétendent que ces "grands" noms n'ont rien à faire dans une programmation électronique dite d'avant-garde. Et ils tombent à coté de la plaque : Le fan de pet shop boys* peut très bien adorer le dernier prefuse 73*. À la différence du dernier qui ne connaît peut-être même pas pet shop boys*, le premier garantit au festival, par sa venue, un esprit souriant, festif et décrispant.

En résumé, sonar* pourrait faire sien cette devise : "attirons du branché, de l'excentrique et de la couleur un peu follasse sur deux ou trois noms afin que ces barjos aérent un peu les tristes mines qui zieutent studieusement des artistes plus expérimentaux".

Un mélange des genres idéal pour un équilibre vital.

le tigre* répond à la perfection à cette tradition modeuse du festival : trois lesbiennes, chieuses, féministes sans concession et adulées par la planète des clubbers qui rigolent, picolent et picorent en fin de nuit une proie unisexe sur un canapé taché par l'alcool. Bien loin effectivement du trainspotter fouinant sur internet, comme un pauvre légume tout flasque, les derniers sons produits.

le tigre*, c'est du punk électronisé qui installe, entre nos jambes, un marteau-piqueur incontrôlable sans que les douleurs musculaires provoquées n'affaiblissent le grand sourire de plaisir monté par ce son armé.

Top classe.

le tigre

* mu
Comment maurice fulton*, producteur de house-music soulful et classieuse, a-t-il pu viré dans l'expérimental bizarre, dans une haute cour de sons qui s'égratignent, mordent et pincent avec rires ? La faute à sa femme japonaise, matsumi*, que l'on espère moins frappée en privé qu'elle ne l'est sur le premier album de leur union musicale, mu*

Car, dans Out of breach : manchester's revenge (clin d'oeil, les deux se sont rencontrés dans la cité du factory*), tout part dans le tordu, punky et hurlant. Reste à voir si barcelone s'évanouira sur l'anthem terrific et jouissif, Paris Hilton.

Concentration de la branchitude mondiale sur la piste de danse garantie.

(album de la quinzaine sur beadoa * le 14 mars 2005)

 
* de la soul

L'an dernier, l'invitation faite à massive attack* pour un concert merveilleux (sur fond de scène en écrans diodés de messages fous et stupides) rappelait aux victimes de la mode électro-clash et rock revival que la révolution musicale électronique n'est pas (uniquement) blanche et dans la lignée germanique telle que voudrait nous le faire croire, par exemple, les responsables des nuits sonores* lyonnais.

Après le lourd fondamental du trip hop (grandiose Unfinished sympathy), c'est du lourd fondamental du hip hop qui s'avance : de la soul* n'est pas mort. Adorable à promouvoir le trip "daisy age" dans la fin des 80's avec d'autres icônes du hip hop relax et rigolards (a tribe called quest* ou encore queen latifah*), le groupe a inscrit quelques lignes précieuses sur notre livre de chevet musical comme ce Ring Ring Ring dandinant et boîte à souvenirs heureux. S'il s'est fait déborder par plus putasse ou plus violent que lui jusqu'à présent, c'est un mythe que nous verrons sur scène.

Une larme salinera sûrement mes joies transpirantes.

 
* lcd soundsystem

Il fallait voir Anne LS au premier rang dans la salle de la vapeur* à Dijon. Cette nuit-là, ses longs cheveux chatains étaient tirés à l'horizontal par le soufle des colonnes d'enceintes violentant le public de riffs de basses énormes en entrechocs avec des séquences hypnotiques. james murphy* se dandinait avec cette nonchalance narquoise et jouait avec le chant en corde à sauter pour furieux danseurs. Tellement géant qu'il n'y a plus rien à écrire sur le label DFA* (Death From Above) ,chargé d'inonder le monde de l'electro-rock made in New York City avec des signatures comme the rapture*

Pour celles et ceux qui n'ont pas trop accroché à l'écoute de l'album, son rendu en concert est flamboyant et mémorable.

Pour celles et ceux qui n'ont pas le courage d'aller à barcelone, lcd soundsystem* énerveront les nuits de fourvière*, à Lyon, le jeudi 21 juillet prochain.

lcd soundsystem

* the soft pink truth

drew daniel* est plus connu du grand public pour avoir partagé, avec son duo matmos*, la production d'un album de björk* que pour ses errements dans des degrés très seconds avec the soft pink truth* Pourtant, les deux LP sortis (Do you want party... et Do you want new wave...) donnent un violent coup de pied dans l'electro concrète et sérieuse de matmos. Chaque morceau du californien est une déviance dansante aux bonnes moeurs du quatro-tempo gravé sur la majorité des disques électro. Chaque traitement de sons est réfléchi avec un malin dessein : brouiller nos référents musicaux (avec le groove sur le premier album, avec le rock'n punk sur le second) et reconsidérer notre relation à la danse, au rapport avec le sexe de l'autre, celui ou celle qui se trémousse devant soi. Normal qu'avec cet état d'esprit, herbert* ait embarqué cet ancien gogo dancer de nightclubs gays san-fransiscoan sur son label. Normal que le festival le reprogramme tout juste deux ans après son passage remarqué sur le Sonarpub en 2003.

(album de la quinzaine sur beadoa * le 11 novembre 2004)

 
* ada

Sans renier le "minimalisme" caractéristique des productions de sa ville, Cologne, michaela dippl* compose à l'envers de ce qui ce fait vite et mal dans l'industrie musicale du moment : Au lieu de faire de la pop soupoudrée d'electro comme ces étoiles filantes en extinctions dans les bacs soldés d'un disquaire, la jeune blonde humanise ses boucles à bleeps de sa voix samplée ou chantante. Parfois sucrée comme une sucette pop. Souvent rugueux comme de la techno (sous tranquillisants). Pour Sonar, en live avec quelques poulains du label areal*, signataire de Blondie, premier album réussi de madame.

(album de la quinzaine sur beadoa * le 29 octobre 2004)

areal records

à suivre ******* sonar special **** deuxième partie ****** bientôt ***

sonar* regroupe également 2 many dj's, the chemical brothers, ellen allien, hot chip, jamie lidell, jeff mills, laurent garnier, m.i.a, miss kittin, sety, rococo rot, booka shade, dj t, munk, matthew herbert, paral-lel, etc...

Tout le programme du festival

music for freaks *
samedi 28 mai 2005

Il y a cinq ans, l'album The beat diares se défragmentait dans le cortex comme un rouleau-compresseur fou patinant sur une route recouverte de faux diamants. Je découvrais, pour la première fois, freaks*

Depuis, ces monstres (que l'on imagine un sourire vicieux en coin et un esprit bien dérangé) ne m'ont plus quitté. Ce n'est pas le dernier grand format The man who lived underground qui apportera une quelconque envie de ne plus aduler les bêtes. Fondé par derrick L carter* et luke solomon*, le concept se dispersera très vite dans le label music for freaks* qui passe ses beats dans des tortures funky, disco et loopings sonores cradingues. Pour cette soirée dédicace, justin harris*, jonny rocks* et luke solomon* lèvent le rideau métallique d'une petite boutique du bonheur.

Baptiste Jacquet

le triptyque *
142 rue montmartre
paris 75002
metro * bourse / grands boulevards
entrée * 12 boxes
 

 

music for freaks

 

 

a taste of sonar *
vendredi 03 juin 2005
 

sonar* choisit Lyon et les echos sonores* d'arty farty pour aiguiser les appétits, faire naître les envies pour son raoult musical du mois de juin (roulez la souris plus haute).

Le line-up de la soirée : vibrer sur le hip-hop barcelonais de dj2d2*, laisser sa joie s'épanouir avec la venue (enfin) de ark*, calmer la crise d'idolaterie de bapjaxx devant mu*, curiosité troy pierce vs madga* ou lontano* et lâcher un maximum d'énergie avec heko* et flore*

Sortie définitive de la quinzaine.

Anne LS

transbordeur *
3 boulevard stalingrad
villeurbanne 69100
entrée * 20 euros maxi
 
otra otra *
samedi 04 juin 2005
 

Il paraît que nick v* jouait Muzik X-Press de x-press 2* dans le chapitre daté du mois de mai à la Boule Noire. On imagine la furie sur le parquet à danser. Pour la suite de l'histoire, la plus belle nuit de France va crâner à nouveau au trabendo* avec maurice fulton* en invité. Reste à savoir si le new-yorkais va mixer son époque house, jazzy et garage "à la basement boys*" ou s'il va détraquer la ronde mécanique pour bluffer tout le beau monde avec ses productions plus tarées, genre mu*

Je rage de ne pas y être.

Baptiste Jacquet

 
 
le trabendo *
parc de la villette
211 avenue jean-jaurès
paris 75019
>métro * porte de pantin
entrée * 14 euros

otra otra

 
chez mémé *
juillet et août 2005
 

 

L'association 1.8 * a pour but la promotion de la jeune création en organisant manifestations artistiques et expositions.

Fondée par quatre jeunes créatrices stéphanoises (sandra villet*, emilia tillberg*, linda roux* et noémie bonnet-saint-georges*), elle organise cette année son premier évènement au FAD*, centre culturel créatif à Barcelone.

association 1.8 a obtenu l'agrément des responsables de ce lieu, hautement sollicité en Espagne, afin de réaliser, cet été, une exposition. Les délais devenant très courts pour réunir les 16 000 euros inscrits au budget prévisionnel (et correspondant a la présentation de 10 jeunes créateurs sur trois semaines), les aides sonnantes et trébuchantes ou de mécénat d'entreprises (ou tout autre) sont les bienvenues.

Notre soutien individuel est également nécessaire en adhérant pour 16 euros par lecteur aux projets présents et futurs de l'association.

Si vous avez des pistes ou un peu de "money pour beau projet", contactez les rapidamente...

Anne LS

 
 
1.8 association*
30 rue élisée reclus
saint etienne 42000
react-line * 06 07 48 78 22

un point huit

 

chez meme

   
 
   

Nous sommes sortis vivant de nuits sonores*, troisième édition du festival lyonnais de musiques électroniques, alors que nous maltraitions nos horloges biologiques sur 96h.

Pour bilan officiel, la réussite est totale en terme de fréquentation : des 9 000 participants sur la première année, les organisateurs en comptabilisent 35 000 pour 2005. Un bidonnage de chiffres pour le bon roulement futur en terme de rentrées financières (subventions ou sponsors) ? Définitivement non. Non, car du monde, il en a drainé ce festival lyonnais et c'était plus que plaisant à vivre. Limite que l'on se serait cru au Sonar de Barcelone.

Pour ce qui est de la musique, Anne LS insiste pour que je freine mes critiques ou le radotage. Tout de même, on espère que, l'an prochain, les programmateurs ouvriront encore plus leurs oreilles et ne se limiteront pas à inviter "la dernière soirée A-Traxion du magazine Trax et une enfilade de groupes jouant plus de l'électro que de l'électronique" comme l'analyse finement un producteur parisien.

Reste que nous avons énormément ri, bu et dansé.

Ici, arrive la synthèse condensée du festival :

points forts*

- grande qualité de l'accueil et de l'organIsation des soirées sur tous les sites du festival

- excellent aménagement des salins du midi*, lieu des soirées de vendredi et samedi

- création du village mixmove* dans la galerie des terreaux*

- première gagnante des restaurateurs et du staff dv1* sur la rue royale* en plein-air, le vendredi.

- belle expérience au parc de la visitation* (sur les hauteurs de la colline de Fourvière) pour les siestes sonores du dimanche. Remerciement à josé d'arty farty* pour le dernier morceau du festival, The difference it makes de MFA*

- totale réussite de la soirée de la break* au rectangle* dans le cadre du circuit électronique du jeudi. Bravo pour la performance engagée des graphistes cart one* et kanardo* qui ont dénoncé la fin du lieu en tant que centre culturel d'exposition (voir photo plus bas).

- carton plein pour les suisses de discomobile*

points faibles*

- jauges des lieux du circuit électronique* trop faibles pour l'affluence des danseurs. Beaucoup n'ont jamais pu pénétrer dans un seul des clubs organisateurs et sont restés coincés dans les files d'attente.

- médiocrité générale des projections vidéos répétitives et un peu lights : un danseur qui gesticule dans le genre "allez les gens, dansez maintenant"

- présence massive des forces de police pour la sécurité (c'est bien) et pour la lutte contre le traffic de stupéfiants (c'est bien aussi). Mais quand les flics filment tout, on a le sentiment d'avoir la gestapo dans la maison. Cela écrit, peut-il en être autrement dans une région qui n'a jamais supporté les raves ou rassemblements techno ?

- uniformité de la programmation du mercredi soir aux subsistances* : entre la house minimale et le rock, rien.

- erreurs dans le déroulé des line-ups : le jazzy planant et superbe de bubble wesseltoft* à 1h du matin alors que la piste de danse piétine d'énérgie ou james holden* en fermeture d'une série de binaires ronflants et useurs de jambes.

Anne LS / Baptiste Jacquet

   
nuso 2005 * en images
  soirée de la break *
discomobile *  
  village mix move *
exposition de flyers *  
riton * piscine du rhône / special madchester *
 
grand trial nuso 2005 *  

Déjà, l'an dernier, nous démarchions les plus énervés des festivaliers, ces pique-dancefloors incouchables et que l'on voit partout pendant nuits sonores* (parfois même dans un sale état) afin de leurs aspirer leurs meilleurs moments musicaux. Voilà, le grand trial nuso 2005* est là.

Faites tourner vos tableurs pour en sortir le grand gagnant. Nous, on n'a pas eu ce courage.

Baptiste Jacquet

   
vincent carry *

coordinateur général des nuits sonores

* GOLD

laurent garnier

f com / france

* SILVER

mike pickering

factory / angleterre

* BRONZE

flore + gazzad her

lab-rok / france

cécile chaffard *

responsable "parcours associé" des nuits sonores

* GOLD

discomobile

collectif pac / suisse

* SILVER

magas

ersatz audio / usa

* BRONZE

vitalic

citizen / france

david cantera *

modern art cafe

* GOLD

mathew herbert

accidental / angleterre

* SILVER

richie hawtin

m_nus / canada

* BRONZE

vitalic

citizen / france

seb broquet *

programmateur de la flêche d'or (paris)

* GOLD

mike pickering

factory / angleterre

* SILVER

grain blanc

* BRONZE

flore + mc runniga

lab-rok / france

françois verdet *

kanardo

* GOLD

mathew herbert

accidental / angleterre

* SILVER

discomobile

collectif pac / suisse

* BRONZE

mc runniga

lab-rok / france

mention spéciale * le soleil dimanche à 8h du matin
nick v *

otra otra + guys & dolls (paris)

* GOLD

a jackin phreak

karat / france

* SILVER

mike pickering

factory / angleterre

* BRONZE

riton

grand central / angleterre

mention spéciale * grain blanc, magas et mathew jonson
emma hebert *

trublyon

* GOLD

vitalic

citizen / france

* SILVER

mc runniga

lab-rok / france

* BRONZE

discomobile

collectif pac / suisse

mention spéciale * le flambeur
Christian Jeulin

le petit bulletin

* GOLD

james chance

 

* SILVER

richie hawtin

m_nus / canada

* BRONZE

riton

grand central / angleterre

mention spéciale * la pure énergie et les sourires de la soirée de la break
Baptiste Jacquet

lyon capitale

* GOLD

riton

grand central / angleterre

* SILVER

mathew herbert

accidental / angleterre

* BRONZE

vitalic

citizen / france

mention spéciale * la pure énergie et les sourires de la soirée de la break
Anne LS

beadoa

* GOLD

riton

grand central / angleterre

* SILVER

mike pickering

factory / angleterre

* BRONZE

stel r

popzero / belgique

mention spéciale * flore + mc runniga
 
* * *   nota important et clignotant par beadoa *

beadoa MCS envoie chaque quinzaine sa netexpress, selection du tout à faire à Lyon et ailleurs.

Vos programmations, initiatives, expositions, soirées, maquettes musicales, extraits "meupeutreu", visuels, photos, cartons et flyers seront reçus par

Beadoa MCS
35 rue Capitaine Robert Cluzan
Lyon 69007
react-line * 06 31 25 99 95
go@beadoa.org

recevoir netexpress directement dans sa mailbox ?

premier sur la netexpress
  transmettre cette Netexpress à un(e) ami(e)

 

 précédente   suivante 
 Haut de page 

 

style 1 style 2 print share --


 Home | Netexpress | Netexdirect | Do the B.party | Instinct Nocturne | Beadorama | Spinaround | Flashmob | B.Connections | Netevision | B.guide 
 Rush | Plan du site | Aide | Contact | Partenariats | Haut de page 

© Copyright WWW.BEADOA.ORG 2001-2008| Site emballé par  Au Bon Design