# 12

Beaujour ou beausoir.
(épongez le temps imparfait du moment de lecture)

Ce courrier électronique n'est que le telex bimensuel de l'association beadoa (Bien Engagés Autour Des Oreilles Associés) et non un SPAM disgracieux et encombrant.

Entre un agenda court et les sauts d'humeur interminables de critiques mal réveillés ou l'esprit déplacé par une cuite trop sévère, les informations importantes se déroulent ici, là, là-dessous.

Comme il est assez chiant d'écrire un édito d'entrée et d'incitation à lecture, je déroule en vrac le netexpress du jour : sélection musicale (niark et youli ! sur ada *), petites soirées et expos, biennale du design * de Saint-Etienne, ouverture du show tank * sur

beadoa.org et puis c'est tout.

Buvons, dormons un peu, baisons (Z2 est pour), droguons-nous (Anne LS est contre) et ne sortons pas pour Halloween : Les horreurs n'ont pas besoin d'être déguisées pour être vues.

Sur ce dicton inspiré, maintenant,

 faisons glisser nos souris et à dans 15 jours.

beadoa Média Central Services au 29 octobre 2004

 
écouter voir *
du 2 au 20 novembre 2004

Quatrième édition du festival écouter voir * qui mélange astucieusement les différents domaines artistiques, univers et lieux de Lyon pour arriver à nous présenter un événement pluridisciplinaire avec l'objectif avoué de nous en faire prendre "plein les yeux et les oreilles".

Une date phare, le mercredi 17 novembre 2004, salle Molière, "Soirée de Soutien" pour un projet artistique engagé, avec Philippe Garcia, dokhandeme et le sound système de Meï Teï Shô.

Le partenariat avec Jarring Effects est renouvelé cette année.

Le festival Riddim Collision * se déroulera du 10 au 13 novembre 2004.

Il débutera le 10 novembre par une journée et une soirée gratuite au 13 rue Réné Leynaud, lyon 69001, avant de s'installer au Rail Théâtre les 11,12 et 13 novembre 2004.

festivalecoutervoir

jarringeffects

aux origines de l'alphabet, le royaume d'Ougarit *

du 21 octobre 2004 au 17 janvier 2005

Les fouilles de Ras Shamra entrent dans leur soixante-quinzième année. Elles ont permis de localiser la capitale d'Ougarit et d'en savoir plus sur elle.

Le royaume d'Ougarit occupait une partie de la façade maritime de l'actuelle Syrie et a la particularité d'avoir donné au monde son premier alphabet.

Le musée des beaux arts * propose de découvrir des objets de la vie quotidienne et des tablettes de terres cuites gravées d'écritures cunéiformes, les fouilles ayant mis à jour des milliers de plaquettes gravées d'écritures diverses.

musée des beaux arts *
20 place des terreaux
lyon 69001
manège enchanté *
caravane poétique

Les forains sont-ils toujours sincères quand ils souhaitent "Bon voyage !" au départ des tours de manèges qui "foutent les boules" ?

Quelles sont leurs promesses ? Le bide vrillé et le comique de voir sa copine un peu verte dans les coins ?

Au milieu de la fête "à fond les ballons" , un autre stand à pris place, plein d'autres promesses. Celles de laisser s'installer confortablement son corps dans un lieu protégé pour laisser son esprit vagabonder au fil des mots prononcés.

Décalé, extra-terrestre et, surement quelque part, signe d'une résistance.

la vogue des marrons *
plateau de la Croix Rousse
de 14h à 22h maxi

(suivant la logique urbaine du "plus il y a de Bobos, plus le bruit devient intolérable". D'ici deux ans, nous parions qu'il n'y a plus de Vogue sur le plateau)

 

 
when good life sucks *
echo sonore 4
c'était le 23 octobre 2004

"I will never stop dancing.

I need to freak out,

To come back from where I' am,

'cause I come back from the other side.

How can you be a DJ if you don't shake your ass

in the middle of the crowd ?"

Bullshit!

Pas de Miss sur la piste. Pas de Hacker souriant et heureux de voir son audience debout dans ses baskets. A trop vouloir jouer le modeste Le Hacker s'efface, prépare la place à la gamine qui finalement joue sa star sous les dizaines de flashs numériques de blaireaux qui ont trop bu Podium *.A trop avoir peur de devenir un autre Laurent Garnier, le voilà devenu "Première partie", alors que l'on sait qu'il a le son pour devenir Roi. Alors on boit, on se drogue pour faire croire que l'on s'amuse malgré tout. La bonne vieille recette des boîtes du quai de Saône : "chaleur intenable + musique à chier = plus de monde au bar pour consommer".Et puis on rentre en danger, puisqu'il n'y a toujours pas de transport en commun sécurisé, avec la sale impression d'être devenu vieux et con. De ne plus rien comprendre aux règles du business de la musique qui choisi t ses vedettes à la volumétrie plus qu'au bonheur qu'elle procure. Si The Hacker reçoit "des doigts" à la sortie de son set qu'il ne vienne pas se plaindre : c'est la rançon de ceux qui acceptent le marché.

Post-eSpoir : echo sonore * est une hydre à 2 têtes. Une tête qui aime les dollars une autre, Arty Farty, qui aime la musique électronique et les arts vivants avec des objectifs forts, cohérents et sincères vis-à-vis du public. Cette tête à sa tanière aux subsistances * et porte la couronne de musiciens contemporains tels qu'Oval ou Domotic qu'elle nous a présenté l'année dernière pour sa résidence d'hiver. Il faudra donc attendre janvier pour voir la Reine refaire son apparition.

echo sonore 7 *
subsistances
8 bis quai saint-vincent
lyon 69001
les 14 et 15 janvier 2005
 
album de la quinzaine
super-platine *
ada
Each & Everyone
Eve
The Red Shoes
Our Love Never Dies
Who Pays The Bills
Live Driver
ada *
blondie
areal germany
album de la quinzaine
or-massif *
the hacker
Flesh & Bone
Masterplan
Village Of The Damned
Electronic Snowflakes
the hacker *
reves mecanique
different france
album de la quinzaine
son-argent *
munk
Disco Clown
Androgyn
Morena Rubinowitch
(where Have You Gone?)
munk *
aperitivo
gomma germany
patches & patches *
deun

Difficile d'imaginer que la musique puisse se construire uniquement sur la base des référents du passé : sur le sample, le remixe, ou la mise à jour de recettes éprouvées.

A priori, la musique contemporaine doit avoir l'ambition de continuer l'exploration et la dissection de notre champ auditif. L'étirer, le déformer jusqu'à découvrir de nouvelles textures sonores et faire éclore des mondes sonores inféodés. Elle doit prétendre élargir un spectre sonore et une remise en question de l'interprétation, de l'audition, voire de l'acte de composition. En cela elle se rend passionnante et ne pourra être réduite aux tristes plans de plaire au plus grand nombre en préservant les référents.
Bien entendu la musique expérimentale, ou électroacoustique n'est pas facilement accessible. La musique concrète peut paraître monstrueuse parce qu'elle n'utilise pas des instruments "académiques" mais du matériel et des filtres analogiques : "une musique sans musicien". La musique minimaliste est terrifiante pour les nostalgiques du pop art parce qu'elle refuse tout lyrisme et expressionnisme. Une froideur qui renie la figuration et tue toute subjectivité.
Le collectif Dopebase * a probablement proposé une des initiatives les plus intéressantes du dernier festival des Nuits Sonores, en mettant en place des ateliers où il était possible de manipuler et de se familiariser avec les outils et logiciels de composition en musique électronique. Une approche didactique indispensable pour découvrir et envisager l'aspect sculptural de la matière sonore. Pour appréhender que cette musique n'est pas composée de mélodies et d'harmonies mais d'assemblages de sons naturels, de synthèse ou traités électroniquement. Ici, on questionne la technologie pour se retrouver dans le grand terrain vague de l'expérimentation.
Un terrain vague peuplé d'outils électroniques et programmes informatiques. Aux enfants de Robert Moog, pionner de cette musique des machines et inventeur du premier synthétiseur "commercial", aux utilisateurs de programmes Pure Data, c'est aussi ce champ auditif qu'aimerait dénuder musicjointventura *. Présenter les compositions et offrir les patches de ceux qui creusent de nouvelles cavités dans les oreilles en se foutant des attitudes puisque c'est en peintre ou en sculpteur qu'ils ont décidé de s'exprimer.

Z2

Denis/Deun * offre sa machine Pure Data en téléchargement ici ses dernières productions sur son site flutaflux *

flutaflux

puredata

 
 
je hais le vendredi *
matthew dear
vendredi 12 novembre 2004

C'est LE dj à la mode, l'unique, que les grands malades de nouvelles musiques vantent dans tous les salons branchouilles internationaux (en gros, ça ne regarde que 500 personnes à tout casser). Nous, on ne sait pas qui c'est. Mais on va dire que l'on adore parce que nous voulons bien passer pour des cons sur la préparation d'un verre de Martini Dry mais pas sur la musique. Matthew Dear ? Euh, beh, il mixe à LA soirée lyonnaise pointilleuse du moment, dans le meilleur club du moment. Au finish, la sortie est définitive et vitale.

DV1 *
6 rue violi
lyon 69001
beloved *
vendredi 5 novembre 2004

Snoop Dubby Dub en ouverture, Automat (Sounds Around ) et Q-Tape crew en guest, Brother'O, en fermeture.

C'est à Paris et j'aime trop le fly !

club woodoo *
101, rue amelot
paris 75001
react-line * 01 58 30 97 67
 
biennale du design * 
du 6 au 14 novembre 2004

Certains se plaignaient que la précédente édition de cette grande foire aux formes nouvelles et anciennes fassent, justement, très "foirfouille" : des créateurs occidentaux placés à côté d'autres moins "riches" dans un foutoir où le visiteur doit être attentif et ne pas tomber dans le piège de ce qui pourrait sembler un trop plein assommant. Pour 2004, la profusion sera encore dans tous les espaces d'expositions (Musée d'Art Moderne, Musée d'Art et d'industrie, Musée des Transports Urbains,...)

Nonobstant, l'aléatoire entre le très moche et le surprenant ou magnifique fait de ce foisonnement de créations une manifestation à courir et à éprouver.

biennale 2004

biennale du design *
saint-etienne 42000
react-line * 04 77 47 22 05

la modernité 2000 *

Un maire, élu en 2001, rêve-t-il secrètement de refaire le coup mémorable et historique de l'Exposition Universelle de Paris en 1900 ? Croit-il que l'entrée dans un nouveau siècle doit marquer l'inconscient collectif par des manifestations ou constructions gigantesques ? Peut-être à tord, l'époque nous laisse-t-elle spontanément croire qu'aujourd'hui, tout va plus vite que le vieux vingtième qui finissait dans la déprime ?

Pour pistes, que ce soit Paris avec la requalification du "Forum des Halles" ou Lyon et son nouveau quartier "Confluent", les nouveaux édiles du 21e rasent presque gratis non pas un petit immeuble délabré pour une nouvelle broutille architecturale mais tout un quartier.
Saint-Etienne, plus connue pour ses magasins Casino et ses illustres poilus au brushings imparfaits ("la longueur sur la nuque, poulet, la longueur...") et en t-shirts verts sur une pelouse de stade ("habillés en vert sur un terrain vert, on voyait les joueurs de l'équipe?"), tente un relooking de son image. Le créneau vanté et déjà bien engagé serait de devenir une bourgade... pardon, une grande cité du design et d'architecture. Sa Biennale du Design décolle assurément la vieille image de ville pour glorieux footeux. Devant le succès et la qualité de cette manifestation, le maire et président de Saint-Etienne Métropole (appelation crâneuse pour conglomérer la ville et sa banlieue... enfin, ses villages avoisinants), Michel Thiollière est vite touché par le syndrome de "modernité 2000".

Tout urbain, attaché à sa mégapole bien taillée, pourrait avoir le rire moqueur : "C'est quoi ce bouseux de village qui se la joue Grand Batisseur". On arrête vite de déconner lorsque l'on observe le projet local de plus près : trois pôles sont en post-études (ou déjà cernés par les grues) et vont tailler, au coeur de la ville, un nouveau quartier. Sur le plan, un site industriel (celui du GIAT) et la Manufacture d'Armes. Au futur, en lieu et place de ces zones semi abandonnées, une salle de spectacle (lire plus bas), un centre high tech universitaire et de recherche, et une Cité du Design. Le tout doit briller en 2007. Sur le papier, l'emboîtement des projets emballe et s'articule intelligemment. Dans le concret, des questions se posent quant au bien fondé de la destruction partielle de la Manufacture et du contenu de cette "platine" pour Design (photo ci-dessous) et dont la réalisation a été confiée au bureau d'architectes berlinois LIN (Finn Geipel et Giulia Andi). Cette dernière coquille est, pour l'instant, vouée à être remplie par "on ne sait trop quoi".
Vu que nous n'habitons pas Saint-Etienne et que l'on ne voudrait pas trop écrire de conneries, laissons glisser nos souris sur les "pour", les "contre" et le "projet".

Allez, on se mouille : nous sommes, faussement moderne, dans le camp des "pour".

Baptiste Jacquet

pour le projet

contre le projet

le projet

 
norman foster is a fuckin' genius *

Outre la Cité du design, le Pôle "Optique et Vision", Saint-Etienne va se doter d'ici 2007 du premier Zenith * de la région Rhône-Alpes. Salle spectaculaire de 7 000 places dont la réalisation a été confiée à Lord Norman Foster. Le joujou présenté en maquette (ci-dessous) est une sorte de berlingo magnifique. Après la réalisation du Carré d'Art à Nimes, c'est un nouveau coup de grand maître que l'architecte entreprend sur le territoire stéphanois, objet à vocation sonore installé tout près... du stade Geoffroy Guichard. Trop de la balle, trop du ballon ! (argh, sâle jeu de mots... misérable jeu de mots)

 
maître le corbusier *
église de firminy
du lundi au vendredi de 9h à 17h

Référence (voire dieu mort-vivant) pour tous les jeunes et plus anciens architectes, que l'on adore ou déteste, Le Corbusier est un maître discuté et majeur du siècle dernier (celui que nous avons traversé par mégarde). A Firminy, à deux roues en voiture de Saint-Etienne, l'église Le Corbusier est en réfection dans l'optique de devenir une antenne du Musée d'Art Moderne du chef-lieu. Avant son probable classement au titre du patrimoine mondial de l'Unesco en 2006 et, plus concrètement, son ouverture à des expositions et colloques, la visite du chantier est ouverte au public.
Tous à nos bottes.

Maison de la Culture Le Corbusier *
firminy 42700
réservation obligatoire
react-line * 04 77 10 07 77
* * *   nota important et clignotant par beadoa *

beadoa MCS envoie chaque quinzaine sa netexpress, selection du tout à faire à Lyon et ailleurs.

Vos programmations, initiatives, expositions, soirées, maquettes musicales, extraits "meupeutreu", visuels, photos, cartons et flyers seront reçus par

Beadoa MCS
35 rue Capitaine Robert Cluzan
Lyon 69007
react-line * 06 31 25 99 95
go@beadoa.org

recevoir netexpress directement dans sa mailbox ?

premier sur la netexpress
  transmettre cette Netexpress à un(e) ami(e)

 

 précédente   suivante 
 Haut de page 

 

style 1 style 2 print share --


 Home | Netexpress | Netexdirect | Do the B.party | Instinct Nocturne | Beadorama | Spinaround | Flashmob | B.Connections | Netevision | B.guide 
 Rush | Plan du site | Aide | Contact | Partenariats | Haut de page 

© Copyright WWW.BEADOA.ORG 2001-2008| Site emballé par  Au Bon Design